Un floril�ge des titres de la fnps
La FNPS est un organisme qui rassemble 7 syndicats
Le syndicats : SPEP Le syndicats : SPPRO
Le syndicats : SPPRO
Le syndicats : Syndicat national de la presse agricole et rurale Le syndicats : Syndicat de la presse sociale Le syndicats : SPMS Le syndicats : SPCS Le syndicats : SSPEJP
La FNPS est un organisme qui rassemble 7 syndicats : SPEP ; SPPRO ; Le syndicats national de le presse agricole et rurale ; SPMS ; SPCS ; SPEJP

Le SPPRO reçoit Patrick Bloche lors de son AG le 1er juillet 2013.

Intervention de Patrick BLOCHE, député de Paris, Président de la Commission de la Commission des affaires culturelles et de l’éducation de l’Assemblée nationale

ASSEMBLEE GENERALE DU SP PRO - 1er juillet 2013

Maison des Polytechniciens




(c) Patrick Rimond

Extraits

« Je pense bien cerner ce qu’est la presse professionnelle et spécialisée et vous n’avez pas besoin de me convaincre de ce qu’elle apporte à l’information de nos concitoyens, et plus largement à la liberté de la presse.

Je connais vos spécificités et je n’ai jamais souhaité aborder les questions de la presse de manière dogmatique, en prenant en compte un classement aléatoire entre ce qui serait IPG et ce qui ne serait pas IPG. Nous vivons dans un monde complexe et nous ne pouvons pas nous permettre de prendre le risque de la simplification, qui pourrait fragiliser un secteur comme le vôtre.

(c) Patrick Rimond


Je souhaiterais aborder quelques sujets très concrets :

-          Le maintien d’un taux unique de TVA pour l’ensemble de la presse quelle que soit la forme de presse. Je me suis réjouis que le groupe de travail ait écarté de concentrer le taux de TVA réduit à la seule presse IPG. Je vois les situations peu satisfaisantes en termes de concurrence, la presse IPG développant des suppléments ou hors-séries spécialisés, diffusés à des tarifs préférentiels qui sont ceux de la presse IPG.

 -          Application d’un taux de TVA super réduit à la presse en ligne. J’ai été amené à porter régulièrement un amendement visant que ce taux soit effectif, surtout quand on examine son faible impact budgétaire limité à 5 millions d’euros qui, en ces périodes difficiles, peut être acceptable.

-          Le transport postal est un enjeu majeur pour vous. Je me réjouis des propositions du groupe de réflexion sur les aides à la presse, de ne pas remettre en cause la poursuite des accords Schwartz. Il faut  voir comment les tarifs peuvent évoluer de façon modérée autour de l’inflation, ce qui pourrait être pour vous, acceptable.

-          J’en arrive à une interrogation forte, car je vote chaque année le budget, qui est le problème du maintien du moratoire sur l’application des tarifs postaux. Je sais que vous souhaitez proroger le moratoire et je le comprends. Je pense qu’il y a un vrai sujet mais qui ne doit pas se limiter à l’Etat et la Presse. Il y a un 3e partenaire : la Poste, qui ne saurait se défausser par rapport aux bons équilibres à trouver.

-          Le fonds stratégique : la réforme de ce fonds est ambitieuse, même si je dois plaider que la somme allouée de 33 millions d’euros ait quelque peu souffert par le gel des crédits, qui n’est pas prêt de se terminer. En tout cas, élargir le périmètre du fonds est une proposition intéressante.

-          La déontologie : le conseil de presse n’est pas la solution qui s’impose. La presse a un mode d’autorégulation, qui grâce à la loi de 1881, garantit la liberté de la presse et en sanctionne les abus. La presse se régule sans qu’elle ait besoin d’une haute autorité administrative. L’autorégulation est utile. C’est un vrai sujet. Nous devons bouger et évoluer mais de façon intelligente.

-          Sur la neutralité du net, j’en suis un ardent défenseur. Vous ne devrez pas être « otage » des opérateurs techniques.

-          Vous vous inquiétez d’un amendement sur l’eco-contribution. Je me suis mobilisé à plusieurs reprises, car je pense que cela n’est pas une bonne solution. Traversant une crise économique avec un marché publicitaire qui se rétrécie, je salue donc votre projet de charte. Une autorégulation peut être une solution vous évitant des charges supplémentaires dont vous n’avez pas besoin.

-          Vous avez évité le pire sur le projet de loi sur l’enseignement supérieur et de la recherche. Des amendements étaient prêts. J’ai essayé de borner les choses, on ne peut voter la loi ou la modifier sans concertation.

-          Le rapport Lescure ouvre des réflexions mais le travail est devant nous, j’aurai plaisir à le poursuivre avec votre syndicat. »


Archives: interview de Patrick Bloche lors de l'Assemblée Générale de la FNPS en juin 2010

Juin 2010: Patrick Bloche, député de Paris, secrétaire national du PS en charge des médias.