Un floril�ge des titres de la fnps
La FNPS est un organisme qui rassemble 7 syndicats
Le syndicats : SPEP Le syndicats : SPPRO
Le syndicats : SPPRO
Le syndicats : Syndicat national de la presse agricole et rurale Le syndicats : Syndicat de la presse sociale Le syndicats : SPMS Le syndicats : SPCS Le syndicats : SSPEJP
La FNPS est un organisme qui rassemble 7 syndicats : SPEP ; SPPRO ; Le syndicats national de le presse agricole et rurale ; SPMS ; SPCS ; SPEJP

Publication du rapport Mettling relatif à la situtation de Presstalis

Imprimer Envoyer à un ami

Date :2010-04-09
© Reproduction interdite sans autorisation.

Rapport Mettling : l’avenir de Presstalis se dessine

Sollicité par le Premier Ministre en janvier pour trouver des solutions aux graves problèmes que connaît Presstalis, Bruno Mettling a remis sa copie début avril.

 

Pour remédier au déficit structurel de Presstalis, le rapport propose un plan de redressement axé sur une réduction de moitié des surcoûts sociaux et un complément tarifaire permettant un retour à l’équilibre.

 

La première mesure vise essentiellement le niveau 2 (le niveau 1 étant la partie réellement rentable de l’activité de Presstalis) : il s’agirait de fermer l’ensemble des centres de traitement de SPPS qui concentre aujourd’hui 75% des pertes 2009 et de transférer les titres sur d’autres plateformes parisiennes. Elle intéresse également le siège et propose l’externalisation de certaines activités et la juste tarification de certaines prestations aujourd’hui délivrées gratuitement par Presstalis, ce qui entraînera, sauf financement par les éditeurs, une réduction d’effectifs alignés sur MLP.

 

Le deuxième axe porte sur le passage d’une tarification ad valorem, déconnectée des coûts de traitement et favorisant les stratégies déflationnistes, à un nouveau barème élaboré par la mission et la direction de Presstalis. La tarification ad valorem serait conservée pour les fonctions support indirectes et l’unité d’œuvre deviendrait la référence pour les coûts de traitement, transport, invendus et support direct ; le tout serait complété d’options payantes complémentaires. Cette nouvelle tarification réduirait le différentiel de compétitivité avec MLP, entraînerait une hausse des tarifs pour les quotidiens (+1,5 point au niveau 1, compensée par l’aide de l’Etat qui passerait de 11 à 18M€) pour les rapprocher des coûts, une baisse pour les magazines (-1 point au niveau 1 et + 1 point au niveau 3 pour les distributeurs spécialisés), une hausse provisoire (avant un barème différencié en fin d’année) uniforme d’un point de la rémunération des frais de transport au niveau 2, une meilleure rémunération du niveau 3 et permettrait de facturer les prestations spécifiques coûteuses demandées par certaines publications.

 

 
Quotidiens
Magazines
 
En points de barème
M€
Impact Presstalis
En points de barème
M€
Impact Presstalis
Niveau 1
+1,5
6,3
6,3
-1
-12,2
-12,2
Niveau 2
+1
4,5
2,7
+1
12,2
8,9
Niveau 3 spécialisé
 
 
 
+1
6,7
0
Contribution Etat
 
-4,8
2,2
 
 
 
Total
 
7,3
11,2
 
6,7
-3,3

 

La mission évalue le coût total du plan à 125M€, dont 35M€ seulement pourraient être financés par Presstalis. L’Etat pourrait couvrir le déficit 2010 qui s’élève à 20M€. Les 70M€ restants (reconstitution des capitaux propres et réduction des surcoûts sociaux) seraient répartis selon 3 clés de partage entre Hachette et les éditeurs.

 

 

Clé actionnariale

Clé protocole 2007

Clé éditeurs

Hachette (Lagardère)
35
50
0
Ensemble des éditeurs
35
20
70
Dont Lagardère éditeur
7
4
14
Total Groupe Lagardère
42
54
14

 

Concernant la gouvernance, sans revenir sur la loi Bichet, le rapport propose de fusionner les 8 coopératives existantes en 2 : l’une pour les quotidiens, l’autre pour les publications détenant respectivement 3 et 5 sièges au conseil d’administration complété de 2 personnalités qualifiées. La comptabilité de Presstalis distinguerait les deux formes de presse pour pouvoir justifier l’aide de l’Etat, attribuer leurs coûts respectifs et les comparer avec ceux pratiqués par les concurrents.

 

Enfin, la mission s’est enquise du regroupement des dépôts du CSMP, qui devrait se poursuivre avec le soutien d’OSEO pour le financement des rachats, et soutient les conclusions du rapport Lasserre visant la création d’une autorité administrative indépendante régulant le secteur de la distribution.

 

Telecharger le rapport