Un floril�ge des titres de la fnps
La FNPS est un organisme qui rassemble 7 syndicats
Le syndicats : SPEP Le syndicats : SPPRO
Le syndicats : SPPRO
Le syndicats : Syndicat national de la presse agricole et rurale Le syndicats : Syndicat de la presse sociale Le syndicats : SPMS Le syndicats : SPCS Le syndicats : SSPEJP
La FNPS est un organisme qui rassemble 7 syndicats : SPEP ; SPPRO ; Le syndicats national de le presse agricole et rurale ; SPMS ; SPCS ; SPEJP

La presse d'information spécialisée, une forme de presse à part entière

Imprimer Envoyer à un ami

Date :2013-06-21
© Reproduction interdite sans autorisation.

Le paysage de la presse française ne se compose pas de deux types de presse : la presse d’information politique et générale et l’autre presse – magazine.

La place de la presse d’information spécialisée


Le paysage de la presse française ne se compose pas de deux types de presse : la presse d’information politique et générale et l’autre presse – magazine.
D’autres formes de presse existent et permettent aux agriculteurs de comprendre la PAC (La France Agricole), aux décideurs de petites, moyennes et grandes entreprises d’orienter leur choix grâce à une connaissance accrue d’un secteur (L’Usine nouvelle), aux personnels administratifs et judiciaires d’approfondir l’interprétation par le juge des textes normatifs qu’ils doivent appliquer au quotidien (Liaisons sociales, Recueil Dalloz), aux artisans d’ajuster leurs orientations dans la gestion de leur TPE/PME (Le Moniteur des Travaux publics et du Bâtiment), aux consommateurs d’effectuer des choix éclairés et de recevoir une information objective sur les produits disponibles (Que Choisir), aux membres de syndicats salariés ou aux adhérents d’associations défendant de grandes causes d’être informés du contexte dans lequel leurs droits ou leur action évolue (VIVA), aux esprits de s’enrichir (Esprits, Commentaire), aux médecins de se former aux nouvelles pratiques et de suivre l’actualité de la recherche (Prescrire, Le Quotidien du Médecin), etc...

Une définition de la presse d’information spécialisée

Ainsi, la presse spécialisée est consacrée à l’information professionnelle ou scientifique, à la formation du citoyen, la transmission du savoir ou la connaissance des arts et contribue à nourrir le débat d’idées.
Le rôle de la presse d’information spécialisée Presse de contenu à forte valeur ajoutée, la presse spécialisée est aujourd’hui une force pour le citoyen.
La variété, la richesse et le caractère indispensable de ses titres font de la presse d’information spécialisée une presse que chacun lit et dont la vocation naturelle d’information des professionnels et du citoyen fait parfois oublier son caractère de forme de presse, au même titre que la presse d’information politique et générale (IPG).
Celle-ci ne saurait d’ailleurs se priver de cette indispensable source d’information pour éclairer ses recherches, alimenter ses références, apporter le soupçon de technicité qui légitime et valorise son contenu. La presse d’information politique et générale ne peut en effet concentrer ses forces vives sur l’appréhension exhaustive de sujets complexes aussi nombreux que les secteurs d’activité professionnelle existants. Elle doit, fatalement, se reposer sur l’expertise de journalistes spécialisés qui trouvent leur public dans les publications d’information spécialisée (Environnement magazine, Que Choisir…)

C’est ainsi que la presse d’information spécialisée, par la technicité des informations, des analyses et des commentaires qu’elle diffuse :
- joue un rôle fondamental dans la formation du professionnel tout au long de sa vie, contribuant à son épanouissement professionnel – objectif de toute société avancée -, dans le développement des compétences et de l’excellence française : 92% des Français actifs estiment que la presse professionnelle est crédible et fiable, 89% la trouvent utile dans l’exercice de leurs métiers et 88% apprécient son rôle d’alerte sur les dernières innovations et expériences. Près de 3 Français actifs sur 4 jugent qu’elle contribue à leurs besoins de formation (étude IFOP janvier 2012).
- nourrit les journalistes de la presse IPG et donc l’information du citoyen non professionnel ou non spécialiste, lecteur de presse IPG. La presse IPG a d’ailleurs développé des suppléments spécialisés, concurrents de la presse d’information spécialisée, qu’elle diffuse au tarif préférentiel IPG, créant ainsi une distorsion de concurrence.

La presse d’information spécialisée, moindre bénéficiaire des aides directes de l’Etat

La presse d’information spécialisée ne bénéficie pas d’aides au fonctionnement.
Les aides auxquelles elle a actuellement accès se cantonnent à :
- des tarifs postaux préférentiels pour l’acheminement de la presse : la presse d’information spécialisée, vivant essentiellement des abonnements, est diffusée à 95% par voie postale.
- une TVA à taux super-réduit, qui permet au lecteur citoyen d’accéder à moindre coût à l’information
- l’exonération de contribution économique territoriale
- l’accès, relatif, aux sections II et III du Fonds stratégique pour le développement de la presse ouvertes notamment à la presse en ligne et à la presse culturelle. La presse d’information spécialisée s’est en effet rapidement tournée vers le numérique. Mais composée de nombreux petits éditeurs, elle manque de moyens pour développer applications et services en ligne suffisamment attractifs. Seule aide directe à laquelle la presse d’information spécialisée peut prétendre, le fonds de modernisation de la presse, dont l’enveloppe de la section II est aujourd’hui inférieure à 2 M€ et bénéficie à l’ensemble des titres de presse, joue à cet égard le rôle de soutien à l’initiative.

L’impact positif pour l’Etat d’une fiscalité cohérente sur la presse en ligne

La presse a confié au cabinet Kurt Salmon la réalisation d’une étude d’impact de l’alignement du taux de TVA de la presse en ligne sur le taux applicable à la presse imprimée sur le marché de la presse. Les résultats de cette étude parus en 2012 sont sans appel : la mesure favorisera l’essor des ventes qui assureront dès 2017 des recettes fiscales suffisantes pour compenser la baisse de taux2. Il ne fait donc aucun doute que l’extension du taux de TVA super-réduit à la presse en ligne doit être soutenue au niveau européen, essentiel à la réussite de la démarche, et national.

La distinction en faveur de l’IPG, une perception trop clivante dangereuse

La presse d’information spécialisée s’inquiète du clivage trop réducteur entre presses IPG et non-IPG dans les discussions en cours sur la réforme des aides à la presse.
Concentrer les aides à la presse sur la seule presse d’information politique et générale risque de faire disparaître tout un pan de la presse d’information spécialisée composée pour la quasi-totalité de petits éditeurs au modèle économique fragile et mus par leur seule passion.

Au-delà des pertes fiscales et sociales que cette disparition engendrerait, il faut avoir conscience de la baisse de la qualité du contenu de la presse d’information politique et générale mais aussi de la baisse du niveau d’information des professionnels de tous secteurs d’activité confondus qui s’ensuivraient.
Par ailleurs, les titres de presse d’information spécialisée et leurs éditeurs sont soumis aux mêmes contraintes légales que les titres et éditeurs de presse IPG à l’égard de :
- l’administration (CPPAP) : ventes effectives, apport éditorial, dissociation du contenu éditorial et de la
publicité…
- leurs salariés : convention collective des journalistes, clause de cession, clause de conscience
- du lectorat : responsabilité de l’information sanctionnée au pénal par la loi de 1881
Ces contraintes témoignent de la reconnaissance par l’Etat de l’importance et de la valeur de l’information qu’ils dispensent. Pourtant, à contraintes identiques, ils subissent un traitement différent qui, si la distinction s’accentuait, pourrait légitimer in fine une demande, pour l’instant inacceptable, de deux conventions collectives des journalistes : l’une IPG, l’autre pas.