Un floril�ge des titres de la fnps
La FNPS est un organisme qui rassemble 7 syndicats
Le syndicats : SPEP Le syndicats : SPPRO
Le syndicats : SPPRO
Le syndicats : Syndicat national de la presse agricole et rurale Le syndicats : Syndicat de la presse sociale Le syndicats : SPMS Le syndicats : SPCS Le syndicats : SSPEJP
La FNPS est un organisme qui rassemble 7 syndicats : SPEP ; SPPRO ; Le syndicats national de le presse agricole et rurale ; SPMS ; SPCS ; SPEJP

Données personnelles: La presse européenne inquiète des projets de restriction de l'accès au marketing direct

Imprimer Envoyer à un ami

Date :2013-12-06
© Reproduction interdite sans autorisation.

A la suite de la réunion d’un conseil européen « Justice et Affaires Intérieures » le 6 décembre sur la future régulation de la protection des données, les organisations professionnelles de la presse européenne (EMMA, ENPA, EFC) expriment leurs plus vives réserves sur une éventuelle restriction de l’utilisation des techniques de marketing direct et de prospection commerciale indispensables au développement des entreprises





A la suite de la réunion d’un conseil européen « Justice et Affaires Intérieures » le 6 décembre sur la future régulation de la protection des données, les organisations professionnelles de la presse européenne (EMMA, ENPA, EFC) expriment leurs plus vives réserves sur une éventuelle restriction de l’utilisation des techniques de marketing direct et de prospection commerciale indispensables au développement des entreprises :

« La possibilité de continuer à prospecter de nouveaux abonnés par le biais du marketing direct est essentielle au maintien de la diffusion de la presse, généraliste comme professionnelle, afin de conserver son lectorat, accroître son audience et participer au maintien du pluralisme.

L’avenir de la presse numérique ne doit pas être compromis à l’heure où les éditeurs investissent dans des modèles économiques leur permettant de développer de nouvelles technologies dans l’intérêt de leurs lecteurs. Ce développement passe par les abonnements et la publicité numérique ainsi que par le e-commerce. Il est essentiel que les projets de régulation n’entravent pas ces perspectives en rendant plus difficile pour les éditeurs l’accès à leurs lecteurs.

Nous considérons que les impératifs de développement des entreprises médias n’ont pas été pris en compte dans le projet tel qu’il est actuellement formulé : une nouvelle approche du problème doit prendre en compte une définition précise de la notion de données personnelles, limiter l’exigence du « consentement préalable » à son objet précis, supprimer les sanctions disproportionnées qui prévoient le même régime pour les violations délibérées des règles de protection des données et la simple négligence involontaire qui ne porte pas atteinte aux droits de la personne »

Les organisations signataires se félicitent toutefois de l’intention affichée du Conseil européen « Justice et Affaires Intérieures » de « tenir compte des intérêts des citoyens et de ceux des entreprises ».