En ce début d’année placé sous le signe de la réflexion et de l’agitation, entre débats indispensables et manifestations à répétition, il est essentiel de conserver un moral d’acier face à une conjoncture incertaine. Tous les vœux de la FNPS vont donc à chacune de nos entreprises afin qu’elles abordent 2019 avec confiance ; celle qui se forge au fil des ans, dans la conviction qu’informer nos concitoyens est un bel ouvrage qui se doit de perdurer. Mais encore faut-il en avoir les moyens !

L’instauration tant attendue d’un droit voisin au bénéfice des éditeurs de presse pourrait connaître une issue positive. Mais rien n’est à ce jour acquis tant les tensions sont vives entre tenants d’une répartition équitable de la valeur et militants déraisonnables d’une circulation des contenus au seul bénéfice des oligopoles de l’Internet.

Autre enjeu qui conditionne l’avenir de toute la presse, la réforme de la loi Bichet alors que le déclin de la diffusion de l’ensemble des publications se poursuit. De même que pour La Poste, le réseau de vente au numéro est un outil industriel commun à tous les éditeurs. Chaque titre doit y trouver sa place, dans le cadre d’une solidarité nécessaire, organisée autour de principes indiscutables qu’ils soient d’organisation coopérative ou de service public. C’est dans cet esprit que les pouvoirs publics doivent lancer une réforme ambitieuse.

Enfin, il faudra également dès cette année préparer les prochaines négociations sur les tarifs postaux applicables à compter de 2021. L’ampleur insupportable et en constante augmentation de la discrimination entre les diverses formes de presse ne peut se poursuive alors qu’elle remet en cause la solidarité entre éditeurs.

Pivot de cette discrimination, la notion de « Presse d’Information Politique et Générale » est à bout de souffle. Il en est ainsi de la lettre des textes réglementaires qui ne sont plus en accord avec le développement constant du numérique et des déclinaisons thématiques et spécialisées de la presse dite généraliste. Il en est surtout ainsi alors que, sans s’ouvrir à la presse spécialisée et professionnelle dans son ensemble, sous la pression politique de grands groupes et avec le soutien de Bercy, la CPPAP envisage de reconnaître le caractère d’IPG à un titre de presse… féminine. Sachant que cette reconnaissance IPG pour un titre comme « Télérama » coûte au service public du transport postal de la presse 8 M€ par an, on s’alarme de voir que cet hebdomadaire féminin alourdira la facture de 2 M€. Et lors des prochaines discussions, le déficit s’aggravant, c’est nous, les titres non IPG, qui seront appelés à le réduire par un effort tarifaire accru. C’est inacceptable !