Plus de 110 adhérents ont assisté le 19 juin dernier à l’Assemblée générale de la FNPS, organisée exceptionnellement sous forme de visioconférence. Après avoir écouté les rapports financiers et d’activité, l’Assemblée générale a procédé au renouvellement de son Comité directeur qui se compose désormais ainsi :

Philippe BEAUVILLARD, La Revue de l’Art, Président du SPCS – Laurent BÉRARD-QUÉLIN, SGP, Président de la FNPS – Gilles CAHN, John Libbey Eurotext LTD – Jean-Christophe CASTELAIN, Artclair éditions – Jean-Guillaume d’ORNANO, Option Finance, Président du SPEJP – Claudie DAMOUR-TERRASSON, Groupe Espace ID – Guillaume DEROUBAIX, LexisNexis – Emmanuelle FILIBERTI, Lextenso – François FILON, VIVA magazine – Jacques FITAMANT, Editions Fitamant – Jérôme FRANCK, Que Choisir – Christian GUY, PPI, Président du SPPRO – Laurence HAMON, CIEM – Gérard JULIEN, NGPA – Groupe France Agricole – Agnès LAPLANCHE, Horizons – Pierre-Dominique LUCAS, Infopro Digital – Philippe MARCHAL, Mutualistes, Président du SPS – Nicole OUVRARD, Réussir-Agra – Jean-Christophe RAVEAU, PYC Media – Jean-Louis REDON, Classic & Sports car, Président du SPMS – Jean RICATEAU, Réussir Le Périgord, Président du SNPAR – Daniel RODRIGUEZ, Elsevier-Masson, Président du SPEPS – Charles RUELLE, Humensis-PUF – Alain TRÉBUCQ, Global Média Santé – Thierry VERRET, Sophia Histoire & Collections – Eric ZUBER, Groupe Revue Fiduciaire.

La FNPS a ensuite présenté en avant-première son nouveau site internet conçu comme un outil de communication et d’information.

Communication pour mieux faire savoir qui nous sommes, ce que nous représentons et les actions que nous menons. Mais surtout information pour que les adhérents de la Fédération retrouvent plus facilement toutes les actualités de la profession, la documentation produite par le service conseil et les documents utiles à la bonne gestion de leur entreprise de presse.

À l’issue de ces présentations, la FNPS a invité les éditeurs à échanger entre eux sur les inquiétudes mais également sur les opportunités envisageables après la crise sanitaire inédite que nous avons traversée. De nombreuses initiatives ont été présentées : la preuve d’une presse toujours aussi créative et solidaire.

Élection du Bureau de la FNPS

Le Comité directeur, nouvellement élu, réuni le 26 juin 2020, a réélu Laurent BÉRARD-QUÉLIN, Président de la FNPS, pour un 2e mandat de trois ans (2020-2023), ainsi que les autres membres du Bureau pour l’année 2020-2021, excepté le trésorier qui n’était pas soumis à réélection :

  • Président : Laurent BÉRARD-QUÉLIN, Société générale de presse
  • Vice-présidents : Gérard JULIEN, NGPA – Groupe France Agricole & Jean-Christophe RAVEAU, PYC Media
  • Secrétaire général : Charles RUELLE, PUF (Humensis)
  • Secrétaire général adjoint : Emmanuelle FILIBERTI, Lextenso
  • Trésorier : Alain TRÉBUCQ, Global Media Santé
  • Trésorier adjoint : Jérôme FRANCK, Que Choisir

Message du Président Laurent BÉRARD-QUÉLIN : « Du chaos au renouveau »

« Comme tous les acteurs économiques, les éditeurs de presse ne sortiront pas indemnes de ces deux mois de confinement et de cette reprise qui s’annonce moins vigoureuse que certains ne l’espéraient.

Faute de pouvoir revenir sur cette parenthèse improbable, on peut tout au moins se féliciter des mesures prises par l’Etat pour aider nos entreprises et nos salariés en mettant en place des dispositifs efficaces nous permettant de limiter nos charges et de préserver nos trésoreries. La FNPS, en contact direct avec les pouvoirs publics, a maintenu en activité la quasi-totalité de ses équipes pour vous accompagner et vous informer sur ces mesures de sauvegarde.

Il est maintenant temps de parler relance. De ce côté-ci de la pandémie, les réponses des pouvoirs publics se font attendre alors que les inquiétudes sont fortes : 94,5% des éditeurs anticipent une baisse de CA en 2020 (inférieure à 20% pour 46% d’entre eux ; comprise entre 20 et 40% pour 40% d’entre eux). Encore une fois, nous nous démenons pour que les mesures prisent ne soient pas réservées à la presse d’information politique et générale mais bien accessibles à tous les éditeurs et notamment ceux de la presse de la connaissance, du savoir et de l’emploi.

Il s’agit aussi de percevoir dans le chaos les perspectives qui s’offrent à nous pour tirer profit de cette expérience et accélérer le renouvellement de nos offres.

En maintenant (67%), réduisant (21%) ou supprimant (12%), les parutions imprimées, nombre d’éditeurs ont intensifié (78%) leurs présences numériques avec un effet immédiat sur leurs audiences qui ont bondi de 63% en moyenne. Même si les audiences refluent avec la reprise, ces enseignements ne manqueront pas de nous inspirer pour accélérer la mutation de nos entreprises vers une digitalisation accrue dans une approche complémentaire de l’imprimée.

Les annonceurs ont très largement fui nos pages et nos écrans. On se souvient qu’après la crise de 2008, seulement 70% des volumes se sont réinvestis sur les supports d’information. Au-delà d’un hypothétique crédit d’impôt pour les inciter à revenir, il va falloir développer de nouvelles offres pour les attirer. Si l’évènementiel, prolongement naturel de notre mission d’information et d’animation, représente déjà 41% du CA de diversification des membres de la FNPS, la crise à démontrer que la digitalisation de nos évènements était une piste prometteuse.

Enfin, nous avons tous constaté que nous pouvions travailler avec une certaine efficacité sans nous voir, sans nous déplacer, sans nous rapprocher si ce n’est d’un écran et d’un microphone. Tirer des enseignements définitifs de cette expérience en oubliant son contexte très particulier serait hasardeux. Mais n’en nourrir aucune perspective d’évolution de nos structures serait une erreur tout en gardant à l’esprit que les relations humaines virtuelles ne doivent pas conduire à la juxtaposition d’individualités au détriment d’un collectif qui doit se nourrir de contacts humains.

Sur le cheminement de toutes ces réflexions, et de bien d’autres encore, la FNPS vous accompagnera pour forger chez chaque éditeur la conviction d’un renouveau prometteur de nos métiers d’information. »

(*) Sondage réalisé par la FNPS auprès de ses membres début mai 2020