La filière est suspendue à ce que va décider le gouvernement sur le sort de Presstalis. La messagerie doit faire le point avec le Tribunal de commerce de Paris concernant la procédure de conciliation ouverte le 4 décembre dernier et doit présenter sa feuille de route. La présidente-directrice générale de Presstalis, Mme Michèle BENBUNAN, doit présenter son plan de transformation de la messagerie. Face aux difficultés de Presstalis, une hausse de 0,10 € du prix de vente des journaux et magazines pourrait être envisagée afin de financer la restructuration de la messagerie. En dépit d’une nouvelle restructuration de Presstalis débutée

Ce contenu est strictement réservé aux membres.

Connexion pour les utilisateurs enregistrés